au revoir Monsieur Hawking

By | 14 mars 2018

Aujourd’hui j’ai l’impression de perdre un petit bout de mon histoire. De mon histoire d’A. de mon Histoire d’Amour. Aujourd’hui, j’ai le sentiment que certains souvenirs, certaines sensations ne seront plus jamais les mêmes. Aujourd’hui j’ai un trou noir qui avale mon sourire et une certaine lumière qui éclairait mon regard quand il m’en parlait.

Ce matin, comme tout le monde, j’ai appris la mort de l’immense Stephen Hawking.

Il y a 18 ans, je pense que je n’avais jamais entendu parler de lui. Je ne connaissais de l’astrophysique que les deux conférences auxquelles j’avais assisté en tant que lycéenne, d’Hubert Reeves et Albert Jacquard. Si j’avais retenu la poésie philosophique de nos échanges, car il y avait eu échange avec nous tous, l’aspect scientifique était à mille lieux de ce que je pouvais comprendre.

Lorsque j’ai rencontré celui partage encore ma vie, nous avions pour habitude de parler de nos rêves, de nos passions, comme si nous les vivions à l’instant même où nous nous les contions.

Je passais des heures à lui parler de mes histoires, celles qui dansaient dans mes rêves et que je rêvais de voir danser dans d’autres yeux. Il me parlait de guitaristes fous, de solos fous, de cordes folles. Je le noyais d’Aznavour et de Barbara. Il me parlait d’astrophysique sans que je sois noyée. Il m’a raconté Monsieur Hawking, me lisait des passages des livres qu’il possédait pour me les expliquer. On regardait des reportages. Parfois, il restait seul conscient, pendant que je sombrais, heureuse, la tête sur son épaule. Mais toujours la même passion qui l’animait et me dégoulinait doucement dessus.

Plus tard, The Big Bang Theory deviendra notre premier coup de cœur commun, et toujours planait l’ombre de ce Grand Monsieur.

J’imagine qu’il a éclairé le chemin de bon nombre de scientifiques. Cela n’a pas été mon cas, je n’ai pas assez l’esprit scientifique pour cela. Il m’aura toutefois inspiré un respect immense de par son humilité, son humanité et sa vision si complexe et merveilleuse de notre monde.

Au revoir Monsieur Hawking.

Regardez vers les étoiles et pas vers vos pieds. Essayez de donner un sens à ce que vous voyez, et demandez-vous ce qui fait que l’univers existe. Soyez curieux.

Stephen Hawking

 

  Dessin de l’extraordinaire Damien Jouillerot, des crobards D’Amour

Si tu veux partager, n'hésite pas !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *