Olivier Norek ma nouvelle drogue

By | 11 janvier 2018

Il y a quelques  temps, je me suis plongée dans l’univers d’Oliver Norek qui m’avait été chaudement recommandé par ma Chef. Oui, s’il nous arrive d’être en désaccord, il y a bien un domaine où l’on se suit les yeux fermés, se sont les polars, amatrices au goût similaire que nous sommes. Depuis plusieurs mois donc, elle me tannait avec cet auteur que je ne connaissais pas. Et j’ai un peu trainé des pieds, d’autres lectures ayant à ce moment mes préférences.

Il y a quelques mois donc, alors que je laissais mon grand à son camps de Basket, je me suis lancée dans la découverte de cet auteur jusqu’alors inconnu. J’ignorais qu’il allait devenir mon chouchou, une addiction, Olivier Norek, Ma nouvelle drogue.

©les pictographistes
Toulouse Polars du Sud

Il est pour moi, le nouveau Pape du Polar Français

Un peu d’histoire s’il vous plaît, enfin, surtout la sienne, emprunté à l’excellent site de Toulouse Polars du Sud :

Olivier Norek est lieutenant de Police Judiciaire depuis 15 ans. Né il y a 39 ans à Toulouse, Olivier Norek suit ses parents instituteurs dans leurs douze déménagements, avant de quitter, le cursus scolaire à 17 ans et demi. «Je voulais faire tout de suite quelque chose d’utile». Ce sera des missions pour «Pharmaciens sans frontières, en Guyane puis en Croatie, en pleine guerre des Balkans. «Une première approche de la protection des citoyens».

Après deux ans dans l’humanitaire, il devient gardien de la paix à Aubervilliers, puis rejoint la Police Judiciaire au service financier puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions.

Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon, cambriolage impliquant un coffre-fort…).

Il va ensuite se mettre en disponibilité pour écrire. Et pas n’importe quoi…. Une trilogie, percutante de réalisme, à tel point que je me sens à plusieurs reprises dans un récit biographique. Mieux, je me surprends à m’imaginer faisant partie de l’équipe de Victor Costes, personnage principal de ses romans.

Un talent de conteur, un talent de scénariste

Il est doué le bougre pour vous plonger le regard dans ce qui était son quotidien : il a l’écriture descriptive, violemment descriptive. Tel un scénariste, il vous entraîne où il veut, dans les bas-fonds d’une société qui se casse la tronche. Vous visualisez toute l’équipe, la nouvelle au physique très « Brienne de Torth », les petites frappes, les quartiers. Vous vous surprenez à vous demander si vous ne connaissez pas ces lieux sans y avoir jamais mis la basket. Parfois même, vous rêvez de ces endroits en vous demandant de quel film il s’agit.

Il va d’ailleurs mettre cette manière tellement cinématographique d’écrire au service de la saison 6 de la somptueuse série « Engrenage » dont il a rejoint l’équipe de scénaristes.

Le rythme est enlevé, la lecture passe trop vite, la trilogie est avalée en moins de temps qu’il n’aura fallu pour l’acheter.

La colère a grondé également :

Non, Olivier, tu n’as pas osé ! et bien si, espèce de salaud… Je t’aime mais quand même…..Pas ça, pas comme ça !

Puis son quatrième ouvrage (sans aucun lien avec la précédente trilogie, qui le cas échéant se serait appelée quadrilogie) « entre deux mondes » est venu rejoindre ma PAL.

En résumé, pour les amateurs de Polars, attention il y a un risque sérieux d’addiction !

Pour information, il travaille sur une mini-série dérivé de code 93, si c’est pas du bonheur ça !

Ma note :

 

 

Si tu veux partager, n'hésite pas !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

3 thoughts on “Olivier Norek ma nouvelle drogue

  1. Nath

    Et encore une fois je te remercie de m’avoir fait découvrir « Code 93 » .Bon après je te vois tresser des lauriers à Julie de Lestrange alors que moi j’ai trouvé son premier roman très mais très moyen … Alors oui je peux te suivre aussi sur les polars puisque nous avons maintenant en commun Olivier Norek et Jussi Adler Olsen , mais pour le reste de nos lectures il va falloir verifier 😁😁

    Reply
    1. Stéphanie Post author

      oui, j’ai adoré le premier opus et je dévore le second à une telle vitesse qu’il va trépasser dans la semaine ^^
      mais ce sont ces différences qui font de nous des êtres exceptionnels 😀
      Pour les polars, j’ai quelques noms à te chuchoter si tu ne les connais déjà… je vais te faire une petite liste 🙂

      Reply
  2. Pingback: mes lectures de Mars et Avril - ras le blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *