Mes états d’esprit du presque vendredi #9

By | 2 mars 2019

 

Bon on n’est pas vendredi, mais vu l’heure à laquelle je me suis couchée, tu peux être certaine que jamais je n’aurais pu en écrire 2 lignes. Pendant un temps, j’ai failli écrire que ce n’était plus de mon âge, mais cette soirée fut merveilleuse, alors si, définitivement il faut que cela soit de mon âge ! C’est parti pour le résumé d’une semaine que je placerai sous le signe de l’amitié

[jour  : samdredi 2 mars 2019] – [heure locale 21h56 – ]

fatigue : Bon là de suite, je comate. Couchée à passer 2 heures, j’ai fait une petite sieste avec ma tornade. Sieste qui a commencé à 16h00. Autant te dire que le coucher du soir fut difficile … Sinon, comme on a modifié mon traitement du soir (le terme exact est « triplé la posologie », je dors du sommeil de la droguée. Je ne sais pas si c’est réparateur, mais en tous cas, je suis assommée.

humeur : là, de suite, je suis sereine. et heureuse. ouais !

estomac : punaise, je me suis vue dans la glace et dans les selfies pris dans mon bain avec la tornade, et je dois dire que mon humeur s’est passablement assombrie. Mais c’était sans doute le coup de pied aux fesses (larges, mais alors à un point….) qu’il me fallait. Objectif fin mai début juin pour reprendre le jogging avec l’Ours.

cond. phys. : c’est moyen, mon dos est compliqué, les réveils douloureux, et les journées variables. On verra à la reprise comment cela se passe.

esprit : en mode réorganisation. Faut que je me fasse un planning pour les mois à venir, même si je n’ai aucune idée de ma capacité de travail. Je tenterai de le faire demain.

boulot : malgré l’avis de mon médecin, je reprends dans 1 semaine. Et j’en suis malade. Réellement. Vendredi, on a parlé, beaucoup, avec mon amie d’artiste (à moins que cela ne soit l’inverse). Elle em comprend. Elle est partie il y a de cela… 2 ans grosso modo et à compris à ce moment à quel point cela était devenu une souffrance. Je le comprends petit à petit. On verra bien. J’ai un nouveau médecin épatant de bienveillance. Je sais que je peux aller la voir si jamais.

culture : volume 2 de la trilogie W3, j’adore. Le livre de  M° Dupont-Moretti : qu’on aime ou non le personnage pour certaines de ses prises de positions, il est passionnant.

loulous :  le grand a son pote à la maison jusqu’à demain ou lundi, je ne les vois pas ou peu. Je les force à sortir de leur antre : basket, patins, courses etc etc… et devoirs:-D
la ptiote plus si ptiote que ça toujours dans mes pattes. On écoute beaucoup de musique, elle est passionnée par les livres/disques, on se régale. On sort beaucoup, on se balade. …

love : était en vacances cette semaine. C’était chouette…. reprend lundi, ça va être dur. pour lui. pour moi.

amitiés :  Je place cette semaine sous ce signe.
Mardi, une petite venue à laquelle je ne croyais pas (quand le reste de la smala était chez mes beaux-parents. petit aparté, ça m’a fait un bien fou cette journée seule) et qui m’a fait vraiment super plaisir. ça devient plus simple, presque plus fluide, presque tout ça. Merci beaucoup !
hier soir, elle est venue avec son mari et son ptiot plus si ptiot que ça. ça faisait longtemps que l’on ne s’était pas retrouvé. et ça m’a manqué, terriblement. La soirée est passée à une vitesse, faite de rires, de sourires, de Solenn collée à elle, de rires encore, de manque, de souvenirs. Je me souviens du jour où elle m’a annoncée qu’elle partait, de mes larmes que je n’arrivais pas à arrêter. Des mois qui ont suivi et de mes pleurs chaque matin en regardant son bureau (qui était un peu le mien, j’y avais même MA chaise) désespérément vide. ça fait 18 ans que je la connais presque jour pour jour et quasiment autant de temps que je l’aime comme la soeur que je n’ai jamais eue. Elle a été, est et restera un modèle pour moi. Une seule dispute durant ces 18 ans, que seul le travail aura su créer, effacée d’un revers de main . A chaque fois que je parle avec elle, je suis heureuse. juste heureuse… Elle comprend mon mal-être au boulot car nous avons vécu les mêmes évènements difficiles dans ce lieu qui ont laissé des traces terribles. Elle s’en est sortie. Elle croit que j’en suis capable… Pendant ces 18 années, on a pleuré ensemble, je suis devenue la mère que je suis grâce à ses conseils, on a souvent ri à en pleurer encore, on a bu, une fois comme des trous à être incapables de conduire, on s’est embrassé d’un baiser de cinéma, bourrées comme on l’était sous les yeux médusés de collègues. Et on n’en a même pas honte !
Tu me manques ….

Sortie : patinoire cette semaine et j’ai cru que j’y laissais un dos. Mais c’était rigolo. Et des promenades, beaucoup de promenades ….

Rien de plus ce soir ….

 

[fin: 22h32 ] 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.