l’amitié, c’est sacré

By | 12 novembre 2017

L’amitié, ça te tombe dessus comme la belle-mère en plein ébats avec son fils : de manière impromptue, déstabilisante, inquiétante.

Ça te surprend comme ton reflet que tu vas trouver beau le matin au réveil, alors que tes cheveux parlent aux étoiles et ta poitrine au plancher, que tu pourrais passer pour la matriarche bourrée d’une famille sharpei.

Ça t’émerveille comme un  grand cru de Romanée Conti planquée dans une caisse de Beaujolais nouveau.

Ça te touche avec la force d’un redressement fiscal, la surprise du deuxième orgasme quand déjà en avoir un relève du miracle, le bonheur d’une épilation sans douleur.

Ça t’est indispensable comme la bouffée d’air pur au milieu de la fête du Cassoulet de Castelnaudary.

L’amitié, ça ne se raconte pas, ça s’espère, ça se croit, ça se frôle et parfois ça s’installe sans que tu comprennes pourquoi et sans que tu ne puisses accepter que cela pourrait disparaître.

Ça se vit, tu t’en imprègnes, tu te roules dans cette sensation divine de pouvoir être toi sans être jugée, qu’elle peut être elle parce que c’est elle que tu aimes. Ça te submerge avec la douce sensation de vouloir s’y noyer.

Nathalie, elle est tout ça pour moi et sans doute un peu plus, malgré la distance, malgré l’absence de nos bras dans lesquels nous enlacer, malgré l’absence de mes larmes de joie au moment de la voir ou au moment de son départ, car il n’y a pas encore eu d’arrivée et de départ. Pour le moment.

Nath’, je te souhaite une nouvelle année douce, joyeuse, entourée de tes amis qui te sont chers, de voyages encore plus improbables que les derniers. Je te souhaite de continuer à être heureuse comme tu sais si bien l’être.

Si tu veux partager, n'hésite pas !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

5 thoughts on “l’amitié, c’est sacré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *