bilan de 2017, entre gris foncé et noir corbeau

By | 29 décembre 2017

Ne nous voilons pas la face….

2017 vit dans l’agonie de décembre ses dernières journées. Entre gris foncé et noir corbeau.il est venu le temps des cathédrales  du bilan, rituel que j’affectionne particulièrement, beaucoup plus que la période de fin d’année !

Mon bilan de l’an passé résonnait de l’espoir que 2017 soit une année sereine, une année de renouveau.

Il n’en a rien été. Tel un tsunami, elle a balayé ma force et mes envies, me laissant vide et décontenancée. Je refuse toutefois ne lui laisser le dernier mot, de lui faire croire qu’elle aurait réussi à balayer mes espoirs de bonheurs et d’espoir d’une vie différente. 

2017 n’aura donc pas été de tout repos, l’écrire ne la rendra pas plus difficile toutefois. Alors, c’est parti pour le bilan !

Professionnellement, une année en demie-teinte

Des remous, de la colère, du désamour et des incertitudes. Je ne me lève pas avec l’envie d’aller travailler. Pire, je ne dors pas à l’idée d’aller travailler. Je traîne les pieds, je compte les jours qui me séparent du week-end, de mes permanences extérieures, des vacances, des stages, des formations… de tout ce qui n’est pas mon quotidien. Je compte mais m’emmêle les pinceaux et le cerveau. Des satisfactions toutefois : les personnes que je reçois, souvent, emplies d’une humanité que d’autres se refusent.

L’amitié, même si elle me fait peur, voire me terrifie, aura également conduit à me garder la tête hors de l’eau. Des collègues qui progressivement deviennent plus que de simples relations professionnelles Cela aura été parfois suffisant mais trop souvent, la boule au ventre aura pris le dessus.

Ma résolution pour 2018 ? Apprendre à relativiser et  prendre du plaisir dans ce que je fais, accepter mes imperfections, fait fi des ondes négatives. #YaDuTaff

Ou sinon ..

image empruntée ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personnellement, une année où le négatif aura fini par submerger le reste

Tout avait pourtant bien démarrer. Un nouveau boulot pour l’Ours, dans lequel il semble s’épanouir davantage. Le déménagement dans ce qui est Notre maison. La fin du calvaire pour le grand qui attaque la 6ème en ayant mis le harcèlement scolaire dont il a été victime derrière lui. La ptiote qui nous fait toujours autant tourner en bourrique, mais avec qui les choses avancent malgré tout doucement.

Et puis les premiers grains de sable.

L’arrêt du travail avec ma psy par manque de tune même si le travail accompli est vraiment important et impressionnant (si si, en regardant dans le rétroviseur, je me surprends à trouver le chemin parcouru finalement assez intéressant). La maison, ses malfaçons et son constructeur incompétent, nouvelle fable de mes temps modernes. La maladie de Belle-Maman qui empire, nous ayant offert le pire Noël de ma vie, et dieu sait que de ce point de vue, le niveau était déjà placé haut.

Le manque d’envie qui s’insinue de temps à autre, qui me ronge, qui me fane, qui m’efface.

2018 sera difficile, c’est une certitude et j’espère malgré tout que nous en sortirons entier. J’espère que je serai suffisamment forte pour porter la famille à bout de bras.

Blogueusement, une année blanche pleine de promesses

Le blog aura peu vécu cette année. Paradoxalement, le fait de ne pas avoir eu de temps pour lui ne m’a pas semblé être un échec. J’ai accepté le fait de ne pouvoir m’accorder plus de temps en 2017. Mais j’ai des envies pour 2018. De petites histoires, régulières, un projet ou deux auxquels je participerais tout aussi régulièrement, de petites revues de livres, films, séries. J’ia envie d’écrire et, ne soyons pas hypocrite, d’être lue. J’espère pouvoir m’en donner les moyens et si tel n’est pas le cas, ce ne sera pas la fin,juste le report d’un rêve.

2017, tu partiras dans quelques jours. Et j’en suis soulagée.

2018, tu arrives à grands coups de secondes, et je te redoute. Mais je ne lâcherai rien, sache-le. Je ne te laisserai pas prendre les rênes de ma vie. Tu vas avoir fort à faire pour me faire plier le genou. Je sais, ça te surprend, mais ta copine 2017 aura eu le mérite de me faire comprendre que je n’ai qu’une Vie et qu’elle m’appartient. Libre à moi de la prendre à bras le corps. Et libre, je le suis !

Si tu veux partager, n'hésite pas !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

4 thoughts on “bilan de 2017, entre gris foncé et noir corbeau

  1. Nathalie K

    Courage ma Steph, prends du temps pour TOI oui c’est important, moi je l’ai compris fin 2016 et je l’ai mis en pratique toute cette année… Et vraiment je vais continuer…
    Gros bisous et je suis là si tu as besoin ♥♥♥

    Reply
    1. Stéphanie Post author

      <3 tu as connu des années compliquées et je suis super heureuse que tu ais réussi à te replacer au centre de TA vie :-)
      Je vais essayer de faire de même <3 <3 <3

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *