derrière le Blog

Derrière ras le blog se cache une quarantenaire bien entamée.

Qui aura eu du mal à assumer ce passage dans l’ère de la femme soi-disant épanouie. Prétendument au top de son sexappeal. Soi-disant fatale. Soi-disant Zen. Soi-disant sachant où elle va.

Bref, beaucoup de soi-disant, mais peu de soi-vivant au final !

Avant toute chose, il est important de rendre à César ce qui lui appartient, et la vérité à toi lect-rice-teur, bref, toi qui me lis.

Je jure de te dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité un peu embellie parfois.

Ce que j’ai d’épanoui ? Mes bourrelets. Assurément, ces derniers sont en plein expansion. En plein bonheur. En totale harmonie avec ma cellulite et mon double-mention. De là à dire qu’à compter de mes quarante ans, la femme entière que je suis est devenue épanouie, il n’y a qu’un pas que je n’oserais franchir.
Le top de mon sex-appeal se résume à continuer de faire danser la flamme de l’envie dans les yeux de mon amour de 17 ans, et sur ce point, soit je suis une bombe atomique qui s’ignore, soit il a besoin furieusement d’un rdv ophtalmologique. Mais il a une vue de Lynx, ce qui fait plaisir à mon égo.
Je suis également fatale. Enfin, fataliste surtout, je m’en contenterai.
De Zen, je ne possède que les 2 livres de Coco Camel, et je dois dire que c’est un bon début !
Quant à savoir où je vais, j’arrive à me perdre entre la chambre de l’ainé et celle de la ptiote, entre la poire et le dessert, entre mes rêves et ma réalité. Et c’est finalement assez grisant.

Alors pourquoi un énième blog ?

Depuis plusieurs années, je m’essaie au blog. Et la bougresse que je suis récidive. Malgré les échecs, les galères, les lecteurs plus ou moins nombreux. Malgré ou surtout grâce à une seule envie, celle qui me tient depuis si longtemps : l’écriture et le souhait de la partager.

Ce blog sera donc le dernier d’une longue lignée, celui de la maturité. Du renouveau. Celui où mon rêve le plus fou pourrait croire qu’il a une existence propre, ailleurs que dans mes songes.

Alors, tu me suis…. ?